22.1.09

Kléber et l'Aubette
















(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Fin d'après-midi d'hiver sur la Place Kléber.
Le fier général regarde en direction du bâtiment de l'Aubette.

Construite par Jacques François Blondel au XVIIIème siècle, ce bâtiment est une belle illustration du style français classique.

Les finances ayant semble-t-il manqué, ce sera malheureusement le seul construit sur une place que l'architecte avait prévu de rendre parfaitement homogène.

L'aubette tire son nom de l'aube, le bâtiment ayant à l'origine une vocation militaire.

Endommagé en 1870, seule la façade fut préservée.

Au départ la façade était italianisante c'est à dire avec une toiture plate. Ce n'est qu'après la guerre franco-prussienne que le bâtiment sera surélevé d'un toit.

La ville en fit alors un bâtiment à vocation musicale.
C'est la raison pour laquelle des médaillons de musiciens ont été sculptés entre les fenêtres. On peut y voir notamment Mendelssohn et Schumann.

On apprend aussi dans les DNA du 24/10/2008 que "sur le fronton de l'avant-corps central trône la figure allégorique de la musique."

Ce n'est qu'à partir de 1928, avec la réalisation de travaux d'architecture par Théo Van Doesburg, Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp, que l'Aubette fut qualifié de "Chapelle sixtine" de l'Art Moderne.
Les décors furent redécouverts en 1977, après qu'ils furent cachés en 1938, et après de long travaux de rénovations le lieu à réouvert au public en septembre 2008. Désormais on trouve une galerie commerciale, une résidence hôtelière ainsi que 2 restaurants.